Le jardin d’Hercula

La jardin d’Hercula

P. Boudot Editeur – 1978
58 pages.

Format 16×12

 

Diffusion, Représentations :

• Lecture en mai 1979 au Centre Pompidou par Jenny Arasse, Jean-Claude Amyl, Emmanuel Dechartres
• Dramatique réalisée par Claude Roland-Manuel, diffusée sur France-Culture en janvier 1984 et en 1991.
• Représentation par le théâtre amateur L’Avenir de Samoreau en avril 1980 à La Grange aux Dîmes ( Essone).
• Représentation par le théâtre amateur Le Théâtre du Kaïros en mai 1991 au château de Cormatin (71) et en octobre 1991 à la maison de la culture de Melun.

Préface :

La pièce de Pierre Boudot est une satire transposée de la dictature incarnée par un personnage : Hercula. Une des choses importantes qu’apporte cette œuvre est sans doute l’invention verbale, le retour au texte. Celui-ci est beau, lyrique, dramatique, éloquent dans le bon sens du terme. Il montre comment les anarchies mènent à la dictature, comment elles la sécrètent. […] Mais je ne veux pas me faire l’exégète de Hercula. Je laisse ce soin aux critiques Je proclame tout simplement la naissance d’un écrit remarquable et me porte garant de sa force. (Eugène IONESCO)

Argument :

Hercula, par l’intermédiaire d’une plante vénéneuse de son invention, décide de tuer les êtres qui s’aiment, provoquant panique et chaos. Autour d’elle gravitent plusieurs personnages : Fleur, sa petite fille qu’elle déteste, Boris qui , bien qu’amoureux de Fleur, subit la fascination d’Hercula, Laetitia la servante … Mais les plantes maléfiques prolifèrent et envahissent Paris …

Citation :

" … nous sommes entrés dans la forêt. A l’heure où les animaux n’ont plus peur des hommes, à l’heure où l’on oublie qu’il est mal de s’aimer, où les branches arrachent les habits qu’elles trouvent indécents. Le désir de posséder autre chose que ce que tu as te quitte. Les couples se croisent et la femme ne se déchire pas, tendue, vers la beauté d’un autre compagnon …"